Que la lumiere soi !, Union réussie

Les 4 cavaliers (2ieme indice d’un divorce) selon Gottman

Selon la loi #4, Se laisser influencer par son partenaire, il dit que  « Lorsqu’un homme accepte l’influence de sa femme, son attitude ouverte accentue également ce qu’il y a de positif dans leur relation, renforce leur amitié tout en gardant le bénéfice des trois premiers principes : enrichir sa carte de tendre, cultiver la tendresse et l’estime, prendre l’habitude de se tourner vers sa cherie.

Non seulement l’absence de fréquentes luttes de pouvoir rend la vie à deux plus agréable, mais elle signifie également que l’homme est prêt à apprendre de sa femme. Et il n’y a aucun doute que les femmes ont beaucoup à enseigner aux hommes. […] Tout homme qui ne serait pas encore convaincu de l’intérêt d’accepter l’influence de sa femme devrait en considérer les nombreux avantages.

Des études ont démontré que les couple où l’homme résiste au partage du pouvoir ont quatre fois plus de probabilité de rompre que ceux où l’homme accepte ce partage. Ce vrais specialiste des couples a régulièrement constaté que, plus l’homme partage le pouvoir, plus les quatre cavaliers se tiennent à distance.  »

Au début de ses recherches, John Gottman a essayé de prédire les divorces.
Il a donc observé 6 indices permettant de prédire un divorce :

Gottman a observé quatre comportements dans les couples qui commencent à se disputer.
Il les a nommé les quatre cavaliers.

 

Le premier cavalier : la critique. Un jugement négatif est porté directement sur la personne. Même si ce n’est pas l’objet de la dispute.

Ex : Karine : De toute façon, tu n’es qu’un bon à rien!

Bien que nous ayons toujours quelque chose a reprocher a la personne qui qui on vit, il y a un monde entre la critique et le grief. Un grief concerne une action spécifique du partenaire. Une critique est plus globale et porte sur le caractère ou la personnalité. La critique fait de la surenchère en y ajoutant le blâme et une démolition en règle le la personalité de l’autre. 

Voici comment saisir la différence entre la critique et le grief. Le Grief : Il n’y a plus d’essence dans le réservoir. Pourquoi tu n’a pas fait le plain comme tu l’a dit ? La critique: Pourquoi tu oublies toujours tout ? Cris de Tdah ! T’es jamais capable de faire quoi que ce soi. Si la critique sonne familliaire a votre oreille vous aussi c’est que l’intrus s’est installer chez vous. C’est ainsi le premier cavalier s’invite souvent chez les couples. Si les partenaires se critique souvent cela ne signie par pour autant qu’il vont divorcer. Le problème se pose lorsque la critique revient constamment, car elle prépare la voie au cavalier suivant qui es beaucoup plus meurtrier.


Le 2ème cavalier : le mépris.

À force de critiquer l’autre, on peut passer à la vitesse supérieure. Mépriser l’autre c’est le rabaisser encore plus, ne plus avoir d’estime pour lui. Cela peut aller jusqu’à l’humiliation! 

Ex : Paul : Tu y vas un peu fort là! Ok, je vais ranger la chambre

Karine : Laisse moi rire : tu ne sais même pas où sont rangés les balais! (ricanement)

Le plus redoutable de cavaliers. Inévitablement, le mépris conduit a une aggravation du conflit plutôt qu’a une réconciliation. Le mépris est alimente par une longue rumination des sentiment négatif a l égard du partenaire, qui prend leur source dans l’absence de résolution des conflits. Ici une thérapie de couple est inspensable. Mais si vous êtes malheureusement avec une personne incapable d’introspection et d’agir autrement que par ce comportement automatique … c’est sûrement voué a l’echec. 

 


Le 3ème cavalier : l’attitude défensive.

La personne se faisant agresser n’a plus le choix que de se protéger. Elle le fait donc en adoptant une attitude défensive.
Malheureusement, cela ne fait qu’alimenter la dispute. Cette attitude énerve encore plus l’agresseur.

L’attitude défensive se résume à reporter le problème sur l’autre : “le problème ce n’est pas moi, c’est toi…”

Ex : Paul : Mais pourquoi tu t’énerves? Tu n’as qu’a me dire où ils sont ces foutus balais!!!!

Karine : Tu sais pourquoi je m’énerve? C’est de ta faute! Tu es égoïste! Moi aussi j’ai envie de me reposer en rentrant du boulot!




Le 4ème cavalier : la dérobade.

Évidemment, arrivé à ce stade, celui qui se fait agresser commence à en avoir un peu marre de se faire allumer! Il va naturellement choisir la fuite pour sauver sa peau. La dérobade peut se traduire de différente manière : fuite du regard, n’écoute plus, part de la pièce, se cache derrière une foules activités…

Éviter le dialogue va entrainer petit à petit un désinvestissement du couple.

Ex : Paul : OK, je vois qu’on ne peut pas discuter avec toi, alors moi : je me casse! (il part allumer la TV…) 

Aimez, partagez & suivez nous
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
http://blog.espritzen.ca/index.php/2017/07/18/les-4-cavaliers-2ieme-indice-dun-divorce-selon-gottman/
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


By submitting this form, you are consenting to receive marketing emails from: . You can revoke your consent to receive emails at any time by using the SafeUnsubscribe® link, found at the bottom of every email. Emails are serviced by Constant Contact