Livres indispensables

Le chemin du pardon


Le Chemin du pardon (aussi appelé le refuge ; The Shack) est l’adaptation cinématographique du roman La Cabane de William Paul Young.

Ce film se regarde avec le cœur. Je l’ai regardé avec beaucoup d’émotions et j’ai ressentie de l’espoir en l’humanité.

Si vous traversez des injustices comme épreuve présentement ou dans le passé, en faite si vous êtes un humain, regardez ce film.

L’histoire : Après la tragique disparition de sa fille, Mack, père de trois enfants, est en dépression, rongé par la tristesse et la culpabilité, ce qui l’amène à remettre en question ses croyances les plus profondes et niant l’existence de Dieu et du positif dans la vie. 

Un week-end il retourne sur les lieux du crime, une cabane abandonnée où sa fille a été retrouvée assassinée. Il rencontre trois personnages. Il va alors découvrir qui sont vraiment Dieu, Jésus et le Saint-Esprit. 

Cette rencontre va non seulement lui permettre de guérir sa souffrance, mais également de se réconcilier avec lui-même et avec Dieu. Mack trouve des vérités importantes qui vont transformer sa compréhension de SA TRAGÉDIE et changer sa vie pour toujours.

J’aurais fait deux film avec ce film pour explorer le tout moins légèrement, mais si vous êtes attentif, des phrases pourraient changer votre perception de votre vie a jamais. Un bijoux aussi à partager.

Si je dois m’imaginer Dieu, je vais me le représenter selon mes repères. « La Cabane » nous met face à un Dieu représenté sous les traits d’une femme noire, pour lui cette femme était accueillante et protectrice, lorsqu’il était enfant. Bien sûr que Dieu n’est pas une femme noire. Mais à la réflexion, il n’est pas davantage un homme blanc avec une longue barbe, ça c’est le père noël 😉 . Lorsqu’il est qualifié de « Père », cela ne fait pas de lui une personne de sexe masculin non plus. La manière dont Dieu est représenté est personnel  à chacun. Moi je crois que nous sommes tous dieu, créateur de l’univers, notre univers.

Les « relations » entre les humains est au cœur de cette œuvre qui donne des clés de compréhension à plusieurs niveaux.
Qu’est-ce qu’on peut attendre de Dieu ? Et qu’attend-il de nous ? Ces questions légitimes et essentielles trouvent réponse dans ce film.

Cette phrase est vraiment puissante et fait réfléchir ; Quand TOUT ce que tu vois c’est ta souffrance, c’est aussi moi que tu perd de vue…

Pourquoi la souffrance ? Les épreuves et le pardon font partie de notre évolution. Si Dieu existe, pourquoi la permet-il ? Le film donne des clés vers le chemin du pardon. Et notamment, il invite, à oser pardonner et à nous libérer de la douleur et de l’injustice. Ce qui est selon moi tellement important pour évoluer en ce monde.

Hier malheureusement, je me suis solidement chicaner avec une personne que j’aime beaucoup mais qui malheureusement, décide chaque jour, depuis trop longtemps de rester une victime. J’ai beaucoup de difficulté à comprendre qu’une personne ayant vécu des horreurs, puisse s’appuyer sur son passé malheureux POUR JUSTIFIER tout le reste de sa vie, qu’elle échoue, qu’elle n’est pas bonne, pas fine, qu’elle ne peut pas réaliser ses rêves etc….

Ce type de personnalité m’attriste, peu être parce que je suis très résilient, MAIS maudit je ne l’ai pas toujours été. 

C’est impossible une vie parfaite !  J’ai été malheureuse, je me suis senti abandonné, j’ai vécu des deuils, des échecs, des jugements, des critiques, du rejet…. Et ma vie a été plus heureuse LE JOUR ou j’ai décidé de croire que tout ce que la vie met sur mon chemin, est un cadeau pour M’AIDER A ÉVOLUER et devenir une meilleur personne.

Lorsque j’ai décidé d’arrêter de me voir en VICTIME, je suis devenue la personne que j’étais destinée a être, forte et probablement une inspiration pour les autres.

Si mon blogue peut aider une seule personne à regarder en avant et être plus heureuse, j’aurais atteint mon but.

Je regarde pas beaucoup de film parce que je suis trop consciente de l’importance de faire attention à nos penser mais aussi à ce qu’on nous fait penser (par la télévision). Bref, je considère « La Cabane » comme le film à regarder.

Que la lumière soi !

Aimez, partagez & suivez nous
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
http://blog.espritzen.ca/index.php/2017/10/12/872/
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez
Suivez nous, aimez & partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


By submitting this form, you are granting: , permission to email you. You may unsubscribe via the link found at the bottom of every email. (See our Email Privacy Policy (http://constantcontact.com/legal/privacy-statement) for details.) Emails are serviced by Constant Contact.